Autre, Humeurs, Lifestyle

Omnivore et pourtant…

8 décembre 2015

vegetarisme moutons agneaux

Hello ! Cet article est différent des publications habituelles, on ne parlera pas beauté bio mais ce qui me passe par la tête, un article humeur. Il y a des périodes où je me pose beaucoup de questions. Vous avez forcément entendu l’histoire de Diesel, chienne du RAID décédée dans l’assaut lors des attentats du 13 novembre dernier… Ca m’a tellement indignée que j’ai sorti des mots qui m’ont autant fait réfléchir que ceux envers qui ils étaient adressés. Ma tête est pleine d’interrogations et mes paroles pleines de contradictions.
Aujourd’hui je ne critique pas ceux qui mangent de la viande et je ne critique pas non plus ceux qui n’en mangent pas.

Je suis omnivore, fascinée par le végétarisme, végétalisme et veganisme, et pourtant…

.
J’admire vraiment les personnes qui ont ce mode de vie, encore plus les deux derniers précités. C’est quelque chose qui semble difficile et pour moi insurmontable. En fait, pour ceux-ci, je ne me vois pas ne plus manger de fromage et d’oeufs. Plus de raclette, plus de tartiflette, plus d’omelettes. Malheur !

Je vois déjà les réactions du type « Bon ok, elle va taper sur le végétarisme ». Pas du tout !

Je partage juste ma pensée dans l’espoir également de sensibiliser d’autres omnivores. Si vous êtes amenés à commenter, je demande juste à ce que tout le monde respecte les convictions de chacun.

C’est dégueux.

Aujourd’hui, entre antibiotiques, OGM, prix, piètre qualité et cruauté, j’ai réduit ma consommation et banni certaines viandes de mon alimentation. Je suis et reste pourtant omnivore. Why ?
Sentir des bouts durs sous la dent, je trouve ça juste infecte, dégueulasse et ça me dégoûte. Les industriels nous vendent de la merde. Je me souviens encore quand ma mère achetait des knackis de sous marque et qu’il y avait de sacrés bouts de croquants dedans. Elle ne me croyait jamais jusqu’à ce qu’elle en trouve.
Quand je trouve dans le saucisson ou le chorizo des morceaux de plastique, tu sais pas d’où ils viennent mais ils sont là. WTF ?
Quand je vois comment sont réellement fabriquées les merguez, c’est juste à GERBER. Moi qui pensais que c’était vraiment de la viande. Mon dieu…
Et les nuggets, on en parle ?
Sérieusement, c’est quoi le plaisir de manger de la merde ? Car ça en est. J’ai tellement de mépris contre les industriels. Le nombre de cancers, de maladies qui se guérissent moins bien, de nouvelles maladies qui surviennent à cause de ça. Mais quand allons-nous réagir ? Il est grand temps de tirer sur la sonnette d’alarme !!

Bref, pour changer, pour me calmer, je vais mettre la photo d’un petit lapin.

lapin vegetarisme cruelty free

Trop cuteee, non ?
En fait non, car j’ai pris cette photo à la ferme et il était destiné à la consommation.
Ne me remerciez pas pour cet ascenseur émotionnel.

Je connais des chasseurs dans mon entourage qui proposent de la viande à ma famille. Il m’est juste impossible de manger cette viande. Je n’arrive pas à concevoir qu’on vienne tuer un animal libre pour son plaisir.
Vous voyez la contradiction dans cette phrase ? Comme si les animaux d’élevage n’avaient pas le droit d’être libres eux aussi et sont là juste pour être mangés. L’hypocrisie !

Qu’est-ce qui fait que l’Homme est supérieur ? Et pourquoi est-ce dit au présent de vérité générale ? Pourquoi est-il supérieur ?

Je pense que nous sommes nés formatés. On vit dans une société qui a elle-même décrété qu’il faille être supérieur aux animaux.
De tous temps les hommes ont tué et se sont nourris d’animaux. C’est un pur rapport de force : le fort contre le faible. On dit à nos enfants d’arrêter de jouer les gros durs face aux plus fragiles à l’école, mais que faisons-nous avec les animaux ? Quand on y pense, est-ce normal ? C’est encore pire. Ils ne savent pas parler et on leur impose des choses, on leur fait des choses, on leur fait faire des choses et même qu’on les tue (ce scoop !) !

Pourquoi est-ce que j’accepte de manger de la viande mais refuse que mes cosmétiques soient testés sur les animaux ?

Je ne sais pas. Je suis comme bloquée. Je trouve ça mieux de m’intéresser au moins à cette cause à défaut d’être végétarienne plutôt que de m’en foutre de tout puisque je me fous, dans le cas présent, de rien.
Je ne dirais pas que c’est parce que je ne vois pas les animaux se faire tuer sous mes yeux puisque je ne vois pas non plus les animaux subir des tests affreux en laboratoire. On se maquille pour se faire plaisir en règle générale. C’est donc pour moi un plaisir qui ne doit pas impliquer la souffrance d’un animal. Je suis plus sensible à une chose qu’à l’autre. Et ça, je ne l’explique pas vraiment. Pour autant, voici les excuses qui ressortent régulièrement :

Le goût ? Oui, on parle souvent du goût. Mais le goût ne fait pas tout et on trouve d’autres saveurs ailleurs. Et ça j’en suis consciente bien que super difficile sur la nourriture.
La facilité ? Il est plus facile de se faire cuire un steak que de passer du temps à se faire un faux-steak (c’est un steak de légumes pour ceux qui ne connaissent pas la cuisine végé).
La chaîne alimentaire ? Moui, comme j’ai dit précédemment, si on remonte à des millions d’années, l’Homme a toujours mangé de la viande, la cueillette n’étant parfois pas fructueuse. C’est – pour moi – de là que nous tenons notre régime omnivore.
Les apports ? Les protéines, le fer etc. Oui et non, car on retrouve ces apports dans d’autres aliments d’origine végétale.

L’élevage de masse, cette catastrophe environnementale et cruelle

J’aurais tendance à être davantage contre les élevages de masse que par la petite ferme du coin. Quand on voit ce que les gros éleveurs donnent à bouffer à leur bétail pour éviter les pertes, maladies, décès prématurés et les engraisser, c’est vraiment peu ragoutant et ça influe plus qu’on ne le pense sur notre santé. Et dire qu’on mange ça.

Je ne sais pas si vous avez vu l’interview d’il y a quelques semaines, d’un industriel justement. Il a lui-même dit (bon, ce n’est pas au mot près, je dis ça de mémoire !) « Je ne sais pas comment vous pouvez manger ça, moi-même je n’en mange pas ». Cimer le truc qui veut tout dire.

.
Par ailleurs, l’élevage de masse pollue comme pas possible. Savez-vous que la moitié des récoltes agricoles de la planète servent à nourrir les animaux d’élevage ? Hallucinant.
Enfin, ça consomme et use énorméééééééééément d’eau (c’est pas comme si la planète se réchauffait #2ctrop). Et vive le carbone et le CH4.

Ce qui m’embête aussi est la manière dont les animaux sont tués. Je pense que vous avez tous vu des vidéos prises à l’intérieur d’abattoirs… Je ne vous décris pas l’horreur et les massacres qui se produisent. C’est purement inhumain de les laisser souffrir ainsi. Et ça, ça me dérange.
Avant ces vidéos, je ne me disais pas que tout était beau, tout était rose mais je pensais (et d’ailleurs j’espère que ça se fera) que les animaux étaient tués sans souffrance en une fraction de secondes. L’ignorance.

Mais au fond, le petit fermier du coin, il y a déjà moins de ces aspects négatifs mais le rapport de force est toujours présent.

Entre déni et hypocrisie.

.
Aujourd’hui, je suis quand même contente de ne plus être la grosse consommatrice de viande que j’étais avant (même si cette réflexion risque de ne pas plaire aux plus végé d’entre vous), j’essaie à ma façon de réduire l’impact. Je teste de nouveaux aliments (tofu, quinoa etc.) ce qui me permet justement de pouvoir réduire davantage.

.

Je ne sais pas comment, vous, vous voyez les choses mais j’espère que mon post vous interrogera tout de même sur l’impact que nous avons sur la cruauté envers les animaux et aussi sur la planète et le climat. Nous sommes tous acteurs, ne l’oublions pas…

Tu devrais aussi aimer

30 Commentaires

  • Reply Blogbeautébio 11 août 2016 at 11 h 03 min

    Tu es sur le bonne voie selon moi 🙂

    Pose toi une question: est-ce que ton coeur veut vraiment tuer un animal pour te nourrir? Est-ce que ton coeur approuve d’avoir un animal mort dans son assiette?

    Je me suis posée ce genre de question il y a pas mal de temps, j’étais flexi pendant 1 an,puis complètement végétarienne, car j’ai écouté mon coeur.

    Je te conseille de lire l’ouvrage « l’intelligence du coeur » qui peut-être provoquera chez toi, le déblocage dont tu parles dans cet article 😉

    Bisous

  • Reply Florence 30 janvier 2016 at 15 h 00 min

    J’aime bien ton article ; mine de rien, on dirait que tu prends la route d’une autre alimentation, progressivement, au fur et à mesure de tes réflexions. C’est plutôt chouette.
    J’ai toujours détesté la chasse, la pêche et pourtant, j’étais « omnivore » parce que j’étais déconnectée en fait, ou formatée comme tu dis.
    Adolescente, j’ai arrêté de consommer des bébés (veau, agneau), et ça a continué comme ça pendant plusieurs années ; à l’époque, je ne pensais ni au boeuf (en fait de la vache réformée), ni aux volailles, encore moins au porc, et je me régalais de poisson sans me poser de question. Jamais de cheval juste parce que je suis cavalière depuis l’âge de 10 ans. Mon régime c’était assez souvent merguez, saucisses, Mac Chose.., saucisses Knackos, nuggets, plats préparés etc…
    Il y a juste 3 ans, j’ai vu une ou deux vidéos d’abattoir.. en quelques semaines, j’ai stoppé toute consommation de chair animale et de poisson, par extension et anti-spécisme. Je me suis rattrapé sur les fromages, les yaourts et crèmes au chocolat en tout genre, chips….. ! j’ai grossi, grossi, en plus en même temps j’arrêtais de fumer. Puis je me suis penchée sur l’indusrie laitière, une horreur une fois qu’on sait !
    Et voilà, après avoir pris presque 30 kg eh oui ! le beurre, les fromages, les gateaux industriels… me voici végétalienne depuis une bonne année et demie, et quel bonheur ! fini l’alimentation industrielle, 25 kg envolés, à moi les plats à base de produits frais, la découverte de nouveaux produits, les épices, les LEGUMINEUSES dont je me privais avant par peur de grossir !! je peux te dire que ce ne sont pas elles qui font grossir ! au contraire, elles sont régulatrices de l’appétit ; finis tous les sucres, graisses cachées. Bref, une totale refonte de mon alimentation, une peau superbe, un bien être digestif tout neuf, une forme olympique, que du bon quoi. Un regret ? Oui, celui de ne pas avoir compris qu’on nous vend et vante de la mer*…e pour enrichir les industriels et de ne pas avoir commencé plus tôt. Les protéines animales ne me manquent pas, et maintenant, juste le mot « foie gras » m’écoeure ; et pourtant, j’étais amateur et re-amateur.
    Bref, il ne s’agit pas de se forcer, juste d’être curieux de savoir « pour qui on nous prend »..
    Souvent, les omnis taxent les vg et vgl d’extrémistes. Non, ce sont juste des gens qui se sont informés, et qui ont ressenti des choses qu’on nous cache. Certains sont informés et continuent à manger de la viande et du poisson, par goût, ou pas envie de modifier leurs habitudes, ou ne sachant pas comment faire aussi.
    D’autres ne veulent pas savoir, pourquoi pas ? chacun sa route, chacun son chemin. Mais quand même, l’idée d’être manipulés, parce que c’est ça le fond de l’histoire, je trouve dommage que ça ne les choque pas.
    Voili voilou, je découvre ton blog, et j’aime bien.

  • Reply Julie - Mademoiselle est jolie 24 janvier 2016 at 18 h 50 min

    Coucou ma belle Mathilde,
    Je tenais à te laisser un commentaire – je vais me faire taper !
    Je suis omnivore. Dans ma famille il y a des chasseurs. Je mange de la viande. Je mange du foie gras.
    Cependant, je le fais plus par habitude qu’autre chose. Je suis un mouton, on m’a éduqué de cette façon alors en bon mouton que je suis, je mange la viande qu’on me donne. Toutefois, je suis contre la cruauté – esprit de contradiction… Tuer pour tuer, je n’aime pas ça. Récemment, on m’a demandé pourquoi je consomme de la viande. Ma réponse est simple, je suis formatée. Je ne mange pas de nuggets, je fais confiance à mon boucher qui ne me vend pas de la merde et au fermier du coin. Je prépare du poulet pané moi-même au lieu de l’acheter tout prêt.
    Il ne me viendrais jamais à l’esprit de consommer du cheval, du chat, du chien, des insectes. Ça n’est pas dans mes mœurs. Il s’agit bien de cela. Les us et coutumes nous façonnent.
    J’aime cuisiner. J’aime la vie. Un jour, je changerais surement mon mode d’alimentation.
    J’espère que mon commentaire n’est pas trop décousu.
    Je me suis un peu emballée OUPSI
    A bientôt

  • Reply Le blog d'une gauchère 22 décembre 2015 at 23 h 12 min

    Ouiii il est tellement doux et tu as l’impression d’avoir un doudou sur le dos 😀

    Merci pour ton commentaire Mathilde <3

  • Reply SoFrenchy Time 13 décembre 2015 at 17 h 06 min

    C’est encore un très bon article ! Bien que je n’avais pas cet avis lorsque je n’étais pas encore végétarienne ( sauf lorsque j’étais beaucoup plus jeune ), je respecte le tien. Beaucoup sont dans ta situation, et je pense que tu réussiras à passer le cap si tu le veux vraiment ! Le principal est de le faire petit-à-petit, en faisant une transition.

    Belle journée, à bientôt je l’espère.

    Inès.

  • Reply Valérie - Peuvent-ils souffrir ? 11 décembre 2015 at 22 h 03 min

    Article très intéressant ! Je trouve ton témoignage très lucide et honnête.
    Je suis végane depuis 3 ans et ça me fait plaisir de constater que nous sommes de plus en plus à ne pas cautionner de faire du mal, comme ça, sans réelle raison. Alors bien sûr, changer ses habitudes, notamment alimentaires, c’est vraiment sortir de sa zone de confort, mais chaque pas vers moins de consommation de souffrance compte. Il faut se focaliser sur le positif. Ne pas se décourager parce qu’on ne fait pas tout ce qu’on voudrait ou qu’on a parfois l’impression que ça ne sert pas à grand chose. Chaque produit non testé, chaque repas végétal, c’est des vies sauvées.
    Pour ce qui est de ton ambivalence (ta dissonance cognitive aussi), si ça te dérange vraiment, tu vas probablement trouver un moyen de remédier à ça. Si tu essaies de végétaliser ton alimentation en tout cas, compte que le premier mois tu n’auras plus trop de repères mais que ça va passer. N’hésites pas à tester des recettes (vegemiam.fr est super pour ça), sans plaisir on ne tient pas !

  • Reply Leslie - Tache de Rousseur 11 décembre 2015 at 14 h 00 min

    Je suis végétarienne en phase de devenir vegan, et c’est marrant parce que quand tu dis :
    « Je connais des chasseurs dans mon entourage qui proposent de la viande à ma famille. Il m’est juste impossible de manger cette viande. Je n’arrive pas à concevoir qu’on vienne tuer un animal libre pour son plaisir.
    Vous voyez la contradiction dans cette phrase ? Comme si les animaux d’élevage n’avaient pas le droit d’être libres eux aussi et sont là juste pour être mangés. L’hypocrisie ! »
    je pense le contraire ! Pour moi, c’est « moins grave » (avec beaucoup de guillements » de tuer une biche qui gambade dans la forêt que de manger un aimal d’élevage. Parce que la biche au moins elle aura eu un chouette vie, dans la nature, avec ses bébés qui peuvent rester auprès d’elle (contrairement aux vaches à qui on retire leur veau au bout de 24h à 48h), elles savent ce qu’est la lumière du soleil (contrairement aux animaux de batterie), elle aura vraiment fait l’amour (et pas été inséminée artificiellement) et encore entre beaucoup de guillemets, elle aura eu « une chance de s’échapper ». Le combat était plus égal que la vache qu’on tabasse jusqu’à ce qu’ele sorte du camion pour aller crever.
    Je ne suis pas du tout pour la chasse, mais je trouve que le mal est moins grave que l’élevage intensif !

  • Reply Jérôme 11 décembre 2015 at 13 h 09 min

    Salut Mathilde,

    Je pense que ce qui continue de te faire vivre en décalage avec tes convictions c’est justement le formatage dont tu parles pour expliquer cette croyance : « l’Homme est supérieur à l’animal ».

    Les omnivores aiment le goût de la viande car ils en ont été nourris depuis tout petits. Ce n’est rien de plus qu’une éducation du palais qui aurait pu être tout autre dans un environnement vegan.
    Et puis ça a aussi forcément alimenté des bons souvenirs de repas en famille qui rendent le boeuf bourguignon si réconfortant, par exemple.

    Si tu regardes la télé, amuse toi relever la quantité de publicités vantant les mérites des produits d’origine animale et le soin apporté à la forme pour faire paraître l’exploitation animale normale voire nécessaire, et ainsi, faire oublier la réalité des choses.
    Mine de rien, on ne pense pas être influencés par la publicité, et pourtant, ces messages martelés en boucle sont ancrés si profondément dans nos têtes qu’on ne s’en aperçoit pas.
    Peut-être que sans ça nous n’aurions pas perdu cette compassion pour les animaux d’élevage que nous avions tous naturellement, enfants.

    Ce n’est que récemment que j’ai appris à remettre en question des choses qu’on nous présente comme nécessaires alors que des alternatives existent.
    Le problème c’est que ces alternatives se vendent moins et sont donc plus difficiles à trouver. C’est malheureusement ce qui rend la consommation de viande plus facile, et là, ce sont les consommateurs qui ont le pouvoir d’inverser la tendance.

  • Reply Anej 11 décembre 2015 at 2 h 44 min

    Haha c’est fou je me retrouve moi aussi! Je suis pourtant végétarienne et végétalienne à la maison mais ce même blocage inexpliqué qui m’empêche de devenir complètement vegan! Pourtant je sais que je me sentirai mieux en étant vegan. Je sais donc qu’il faut que je le devienne. Je m’en suis enfin convaincue il y a quelques jours, j’ai enfin cessé de croire que ce n’était pas pour moi… Je ne sais pas pourquoi, en revanche, ce manque de motivation… J’essaye, en ce moment, depuis… 2 jours? Je suis à l’étranger, le veganisme est plus accepté et il y a plus d’option dans les cafés/restau, c’est le moment ou jamais. Je crois que ce qu’il faut se dire, ce que j’essaye de me dire en ce moment, c’est qu’une fois le « cap » passé, c’est finalement pas si compliqué que ça; je m’en suis rendue compte en cessant d’acheter du fromage. Une sacrée lutte, cesser d’acheter du fromage, je dois le dire: ce fut extrêmement dur. Mais aujourd’hui c’est très simple. Voilà ce à quoi je me raccroche en ce moment… Se retenir, un craquage après l’autre, jusqu’à ce que ça devienne facile.

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 55 min

      Ah oui !! Si tu es à l’étranger, j’ai en effet vu dans pas mal de vidéos sur YouTube que c’est plus démocratisé qu’ici ce type de restau !!
      Bon courage!

  • Reply Marie 10 décembre 2015 at 19 h 26 min

    Je comprends que tout le monde ne veut pas se faire mal à regarder des vidéos d’animaux d’élevage mutilés et découpés…. Mais il ne s’agit pas de choquer les esprits, juste de voir ce que manger de la viande implique. Si les vidéos choquent, ce n’est pas nous qui en souffrons, ce sont les victimes filmées. Nous devrions nous sentir heurtés et dégoûtés pour les animaux car c’est eux qui le subissent, pas parce que notre confort visuel et notre psychisme ont été mis à l’épreuve.

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 54 min

      Ce n’est pas faux !

  • Reply Le blog d'une gauchère 10 décembre 2015 at 18 h 45 min

    Mathilde, il fallait que je commente pour te féliciter pour cet article.
    Je suis omnivore, complétement, et je partage complétement ton avis.
    Bisous ma belle <3

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 53 min

      Hihi, merci toi !! 🙂

      Des bisous !

  • Reply Little No 10 décembre 2015 at 18 h 29 min

    Très bon article. Cependant, je ne vois pas la chasse comme tu la vois. Je n’ai pas d’amis chasseur, cependant, je trouve que c’est mieux d’en tuer un libre et d’en faire profiter le village ou plusieurs familles, plutôt que d’en élever pour les tuer.
    Ceci dit, j’ai le même questionnement que toi sur la viande mais je pourrais pas m’en passer : le jambon, les oeufs, le foie gras. Alors je réduis la dose au maximum sans tuer mon plaisir mais il y a bien des jours ou je tuerais les industriels pour savoir s’ils ont un cœur.

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 53 min

      Coucou !
      Ta vision de la chasse n’est en effet pas mauvaise !

      Bon courage 🙂

  • Reply Aurore B. 9 décembre 2015 at 23 h 47 min

    Salut!
    Ton article est super, c’est bien de partager ton ressenti, que je partage totalement. Et ça fait plaisir de voir qu’il y a des gens qui se posent des questions 🙂 (d’autant plus que je vais travailler dans l’agriculture, alors de voir des consommateurs concernés, c’est super)

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 52 min

      Héhé, merci à toi !!
      Bon courage !

  • Reply Claire 9 décembre 2015 at 22 h 04 min

    Bonsoir,

    Je ressens la même chose. Intellectuellement j’ai envie de ne plus manger de viande : pourquoi tuer des animaux alors qu’on peut s’en passer ? Mais pour autant, je ne suis pas végétarienne. J’apprécie toujours manger de la viande de temps en temps (« de qualité »). A-t-on vraiment besoin de voir des images atroces pour avoir un déclic ? Je n’ai pas envie de m’infliger cela pour me faire un électrochoc. Comme tu le dis, c’est paradoxal tout ça et je ne sais pas si j’aurais le déclic un jour mais en tous cas, en réduisant ma consommation c’est déjà mieux que rien. Merci pour cet article qui permet de déculpabiliser et de s’entraider à essayer de faire mieux.

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 51 min

      Bonsoir Claire,
      Je te remercie pour ce retour.

      À bientôt ! 🙂

  • Reply Marine 9 décembre 2015 at 12 h 15 min

    Super article! C’est bien d’en parler et courageux 🙂
    J’ai longtemps été comme toi… »je savais » et pourtant…je n’arrivais pas à passer le cap! Je faisais comme toi très attention aux cosmétiques, je partais au quart de tour lorsqu’on me parlait de chasse…mais je continuais à manger de la viande. J’essayais de réduire mais c’était difficile et je culpabilisais à fond. Et puis un jour grâce à une vidéo très connue, j’ai eu un énorme déclic et je suis devenue végétarienne du jour au lendemain. Je me suis forcée à regarder, j’ai beaucoup pleuré et il n’était plus question pour moi de manger de la viande. Aujourd’hui je sais que le chemin n’est pas terminé (pour l’instant le fromage et les oeufs font encore partie de mon alimentation) mais j’avance… 🙂
    Chacun son chemin! Le principal c’est de se poser des questions, d’avancer petit pas par petit pas et de faire de son mieux! Je connais tellement de gens qui disent aimer les animaux mais qui ne font rien pour changer ou ferment les yeux pour ne pas culpabiliser justement!

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 49 min

      Coucou Marine 🙂

      Je vois de quelle vidéo tu parles !
      En effet, avancer petit pas par petit pas …

      À bientôt 😀

  • Reply Julie 9 décembre 2015 at 12 h 02 min

    Article très intéressant… Je m’y reconnais un peu. On est tellement bassinés avec le bonheur animal, l’humano-centrisme… Qu’on ne sait plus ou donner de la tête, tiraillés entre ce qui serait juste et ce qui nous plait.
    Je répète sans arrêt qu’il vaut mieux faire peu que rien, et je crois qu’acheter du bio plutôt que du premier prix malgré le prix, manger peu de viande mais de la bonne au restaurant, ou tout simplement arrêter les cosmétiques chimiques pour le naturel même s’il est en contenant plastique, c’est déjà un peu bien.
    Je ne suis pas prête à la révolution de ma vie comme les végés ou vegans, mais je suis contente qu’ils existent et qu’on les écoutent (sauf quand ils insultent, bien sûr, ce qui reste quand même courant).
    Faisons peu mais bien, et sensibilisons les générations à venir.

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 48 min

      Hello Julie ! On ne peut pas tout arrêter du jour au lendemain, que ce soit bio/pas bio, cosmétiques, viande etc… Ce sont des petits pas à chaque fois. Si certains arrivent à le faire vite ok, mais il faut savoir respecter et encourager ceux qui font des petits pas.
      En effet, dans les vg, il y en a pas mal qui te mettent des claques au lieu d’encourager…).

      Bon courage ! 🙂

    • Reply Florence 30 janvier 2016 at 15 h 13 min

      « manger peu de viande mais de la bonne au restaurant »
      peu de viande, oui, c’est très concevable comme vision des choses, encore faut-il être sûr que au restaurant,elle soit vraiment bonne; pour qu’elle soit bio, il faut qu’elle soit très chère..
      « Je ne suis pas prête à la révolution de ma vie comme les végés ou vegans, mais je suis contente qu’ils existent et qu’on les écoutent (sauf quand ils insultent, bien sûr, ce qui reste quand même courant). »
      Merci aux omnis comme toi pour la première partie , mais je veux juste souligner que c’est aussi courant que les vg/vgl/vegan soient moqués, raillés, critiqués et insultés, et tout ça avant d’être écoutés

  • Reply Noémie 9 décembre 2015 at 9 h 34 min

    Je ne suis vraiment pas déçue de cet article, je m’y retrouve beaucoup. C’est un peu ressentir cette sensation du « ne pas être en accord avec soi-même ». Cette envie de ne plus en manger pour toutes les raisons que tu as invoqué, mais en manger quand même. J’ai donc comme toi cherché dans un premier temps à utiliser des cosmétiques qui ne sont pas testés sur les animaux (c’est d’ailleurs pour ça que je rode sur ton blog). Une amie m’a alors dit un jour « A quoi ça sert puisqu’à coté tu manges encore de la viande? ». Sur le coup j’ai trouvé ça nul comme réflexion et je lui ai dis que c’était mieux de faire « un peu » que « pas du tout ». Mais au fond ça m’a vexé parce que j’aimerais pouvoir me passer de viande totalement, bien qu’aujourd’hui je n’en mange plus quand je suis toute seule. Mais dès que je fais une sortie, dès que je suis avec mon amoureux ou de la famille ou des amis, c’est inévitable. Je pense que l’éducation que l’on a reçu joue énormément (habitudes que l’on a dès l’enfance) et forcément la société (l’image conviviale de la bonne raclette, du barbuc, de la planche de charcuterie à l’apéro etc). Vraiment dure de ne pas être tiraillé entre un idéal et la réalité ! (J’ai conscience aussi que ce genre de tiraillement peut faire bondir les végé’ pour qui eux, tout est très clair).
    Bref, peut-être qu’avec le temps nos convictions auront un impact encore plus conséquent sur nous et que le déclic finira par être définitif :).

    • Reply Noémie 9 décembre 2015 at 9 h 36 min

      évoqué* pardon 🙂

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 45 min

      Hello Noémie ! Ton commentaire résume bien ma pensée…

  • Reply Sofia 8 décembre 2015 at 23 h 47 min

    Enfin quelqu’un qui en est au même point que moi sur le fait de manger de la viande. Je veux arrêter, mais sans savoir pourquoi j’y arrive pas, je suis vraiment dégoûtée quand je pense aux animaux que des gens tuent pour que je me nourrisse et en même temps je continue à en consommer, y’a un truc qui me bloque mais je trouve pas. Et comme toi j’adore le fromage et les oeufs, mais aussi les yaourts et le lait. Alors je fais des efforts, je consomme moins de viandes et j’exclu totalement certains animaux, surtout tout ce qui est « atypique » du genre le sanglier, l’autruche, etc en ce moment ça arrive avec les fêtes, et je trouve qu’on tue déjà bien assez d’animaux pour en plus aller en tuer d’autres qu’on mange jamais, j’ai même déjà vu du zèbre en grande surface, faut arrêter au bout d’un moment.
    Sinon je viens de faire l’expérience de deux jours sans viande, et bah ça me manque pas. Je veux dire je fais deux jours sans chocolat j’ai du mal, là deux jours sans viande bah j’y pense même pas, du coup je me dis « et pourquoi pas commencer maintenant tiens ? »

    • Reply Mathilde 25 décembre 2015 at 8 h 44 min

      Coucou Sofia,
      On en a parlé, tu sais ce que je pense 🙂 Par contre, le zèbre en grande surface, j’avais jamais vu !! C’est légal ça (il n’y a pas d’élevages par ici…) ?? :O

    Répondre au commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.